pnx

| 11 invité(s) et 0 membre(s)

Orientation 01 - Améliorer la qualité des paysages et accompagner leurs évolutions


Les paysages de l’aire d’adhésion assurent la transition entre les paysages urbains des Bas et les paysages naturels remarquables du coeur de parc, inscrits au Patrimoine mondial. Il existe donc une forme de « solidarité paysagère » entre ces différents espaces, qui implique une reconnaissance de la valeur patrimoniale des paysages de l’aire d’adhésion et une mobilisation collective pour les préserver, en améliorer la qualité et maîtriser les menaces liées à l’activité humaine. Cette notion de « transition » s’applique de façon forte à la « zone tampon » du Bien inscrit : celle-ci fait partie intégrante des engagements de l’État concernant la protection, la conservation et la gestion du Bien et donc le maintien de la valeur universelle exceptionnelle reposant sur le critère (vii) « paysage ». En outre, l’aire d’adhésion comporte elle-même des espaces particulièrement remarquables.

Aussi, les priorités d’intervention visent notamment :

• Quatre sites du Bien inscrit sur la liste du Patrimoine mondial : la Grande Chaloupe, la forêt de Mare-Longue, le Piton d’Anchain et le Piton de Sucre.

• Les communes de la zones tampon du Bien : Salazie, Cilaos et la Plaine-des-Palmistes.

• Les trois autres communes entièrement incluses dans le parc national (coeur et aire d’adhésion) : Saint-Philippe, Sainte-Rose et l’Entre-Deux.

• Les cônes de vision, ravines et autres coupures paysagères.

Sur ces espaces, l'attention sera portée sur l'intégration des réseaux, la maîtrise de la publicité ou encore la résorption des « points noirs ». Par ailleurs, une attention sera portée au maintien de transitions de qualité entre les différentes zones, afin d'éviter des effets brutaux de frontière entre des territoires ayant des vocations différentes. En complément de ces priorités, il est nécessaire de renforcer l’information et la sensibilisation des multiples acteurs qui ont une influence sur le paysage (porteurs de projets publics et privés, particuliers, associations, décideurs politiques, administrations), sans toujours être réellement conscients des impacts de leurs projets, isolément ou cumulés dans l’espace et dans le temps. Cette nécessité est d’autant plus impérieuse que l’inscription sur la liste du Patrimoine mondial au titre du critère (vii) appelle à veiller à l’intégrité visuelle du Bien, donc à porter une attention particulière à l’impact paysager des projets, y compris lorsqu’ils prennent place dans l’aire d’adhésion, notamment dans la zone tampon du Bien ou à proximité de celle-ci.

Un point particulier porte sur l’exploitation des ressources en granulats dans cet espace, qui pourrait avoir un impact durable, direct ou indirect, sur le coeur du parc national. L’ouverture des carrières, pour lesquelles plusieurs espaces stratégiques sont définis par le schéma départemental des carrières (approuvé le 22 novembre 2010) et le SAR, les modalités d’exploitation et de remise en état des sites suivront les préconisations de ces schémas. De plus, un soin particulier sera porté à la lutte contre les espèces exotiques envahissantes et sur la reconquête des espaces par les espèces indigènes ; l’établissement public du parc national pourra apporter son soutien scientifique en ce sens.

[...]

 

  • Mesure I.3 - Résorber les points noirs paysagers

Les points noirs paysagers constituent une vraie préoccupation. Sur ce territoire, chaque acteur dans son domaine de compétence, a intérêt à améliorer cette situation qui nuit au cadre de vie et à tous les efforts de valorisation économique du territoire.

 

Rôle des communes

• Inventorier puis résorber les points noirs paysagers (sites de dépôt non autorisés, publicités non contrôlées, signalétique excessive, lignes électriques aériennes et autres ouvrages, …).

• Mener des opérations de nettoyage ou de réaménagement de sites.

• Conduire des campagnes de sensibilisation des usagers.

• Prévoir la mise en place de transitions paysagères (lisières urbaines, lisière agricoles / coeur de parc) au sein des documents d’urbanisme.

Rôle de l’établissement public du parc national

• Encourager et soutenir les opérations de nettoyage / restauration de sites

• Encourager la résorption des points noirs paysagers le long des itinéraires et au sein des bourgs associés aux « portes d’entrée » du parc national.

• Valoriser les actions les plus réussies.

• Encourager la mise en place de transitions paysagères (lisières urbaines).

Autres acteurs opérationnels

• EPCI,
• Gestionnaires d’espaces naturels et d’équipements publics
• Associations, propriétaires des terrains et des équipements

 [...]

 

Page 106 de la Charte PNRun

Dernière mise à jour :
08-08-2014 13:30
Auteur :
Alicia Lambert
Révision:
1.0
Moyenne des notes :0 (0 Vote)

Vous ne pouvez pas commenter cet enregistrement

Chuck Norris has counted to infinity. Twice.